A propos

En bonne voie pour obtenir la nationalité bolivienne, diplômée de sciences sociales de l’université de Copenhague, traductrice de l’anglais, allemand et espagnol vers le français, rédactrice de contenu web, ma passion est la lutte contre les inégalités. Un de mes rêves, c’est d’avoir ma propre entreprise sociale pour soutenir les mamans célibataires et les petites filles. Depuis que je suis maman, deux nouvelles passions se sont ajoutées : parler maternité et faire germer des graines (je sais, il n’y a pas de rapport).

Attention : Bébé à Bord

Avoir un petit bébé, cela faisait longtemps que nous en rêvions, le papa et moi, avant même de nous connaître. Quand nous nous sommes rencontrés, ça a fait clic ! Il est Bolivien, attaché à ses terres et à son peuple. Je suis Française, attachée à ma culture mais surtout à ma liberté de vagabondage. Nous ne pouvions pas être plus différents. Pourtant nous partagions la même vision de l’avenir, les mêmes valeurs, et aussi les mêmes rêves. Au-delà d’une connexion chimique, nous avions la volonté de faire coïncider nos projets. C’est ainsi que j’ai décidé de m’installer en Bolivie, au moins pour un temps…

L’arrivée d’Ale, notre petit garçon franco-bolivien, a chamboulé nos vies. Nous nous croyions prêts… Mais peut-on vraiment l’être lorsqu’il s’agit de mettre son existence entière au service d’un petit être, d’un mini-soi ? La parentalité est la plus belle mais aussi la plus radicale des transformations.

Devenir maman : un changement radical

La grossesse, l’accouchement, et surtout le postpartum nous ont réservé bien des surprises. Je ne m’attendais pas à une telle charge émotionnelle, à tant de responsabilités, ni ne soupçonnais que devenir maman serait un travail aussi intense.

Je ne m’attendais pas non plus à un tel gouffre entre la vision de la parentalité du papa et la mienne. J’ai d’abord cru que c’était lié à la différence entre nos cultures. Puis, en me confiant à d’autres mamans françaises, je me suis rendue compte non seulement que je n’étais pas la seule à éprouver des difficultés, mais que nous étions toutes dans des situations semblables sur de nombreux points.

La transformation et le choc post-partum ont été tels que j’ai décidé d’écrire un journal très personnel. Je le destinais tout d’abord à mes enfants et mes amies, pour me souvenir de ce que j’avais vécu et pour les accompagner, eux et elles, lorsque viendrait le moment de devenir parents à leur tour. Je l’ai appelé Les Couches de Maman, parce que la couche, c’est l’intimité, l’impuissance, la sexualité et aussi la honte. Et c’est exactement de cela qu’il s’agit.

Les Couches de Mamans : Un Projet Féministe

De fil en aiguille, j’ai ajouté des détails à mes récits et ai décidé de tout dire, en toute transparence, sans pudeur. J’ai pensé que davantage de mamans, futures mamans, amies de mamans pourraient bénéficier de mon expérience si elle était contée avec sincérité. Je suis en principe une personne plutôt discrète, et très privée. Je ne parle de moi qu’aux personnes proches et ne me mets pas volontiers au centre de l’attention. Mais je suis aussi très féministe et déterminée à lutter contre les tabous et le silence dans lesquels sont murées les femmes dans de nombreux aspect de leurs vies.

J’ai donc appelé des mamans à témoigner de leur grossesse, accouchement et post-partum. La plupart, comme moi, ont vécu des moments magiques et d’autres moments plus douloureux. Toutes, nous sommes amoureuses de nos bébés et enchantées de nos nouvelles vies. Mais toutes, pensons aussi que nous n’étions pas assez préparées à ce que nous allions vivre. Nous partageons donc avec vous nos joies, nos regrets, nos surprises, nos déceptions pour que que vous sachiez à quoi vous attendre et puissiez davantage profiter de votre maternité dès ses prémices.

Les mamans et papas qui témoignent sur ce blog sont tous Français. Certains vivent en France, mais d’autres sont expatriés. C’est à dessein que je les ai invités à ajouter leur propre témoignage. Nos récits s’adressent avant tout aux mamans et papas en devenir. Ces témoignages seront surtout utiles parce que les pratiques culturelles internationales révèlent les singularités de notre propre système. Comparer ce qui ce fait partout dans le monde nous permettra de savoir ce que nous voulons, ou au contraire, nous ne voulons pas… et nous permettra de voir qu’accoucher à l’étranger peut aussi être une très belle expérience.

Un programme sans tabou

Nous avons réuni nos observations sur un blog 100 % décomplexé. Les Couches de Maman, c’est un blog fun mais sérieux dans lequel nous avons fait le choix d’aborder tous les défis qui se présentent aux mamans depuis la conception jusqu’au postpartum, dans la plus parfaite transparence. Nous avons jugé que vous gagneriez davantage à lire la vérité (même si elle fait mal) que de lire des récits de grossesses, d’accouchements et de post-partums fantasmés (même si cela rassure).

Nous parlerons de conception, de sexualité, de pertes de sang, d’accouchement dans la sueur et les larmes, de rencontres avec nos bébés (ces être les plus parfaits qui soient, vous l’entendez bien !), de déchirures vaginales, de césariennes, des suites de couches, de douleurs post-partum, de baby blues, d’anxiété, de fatigue, de faiblesse et de force, d’allaitement et de biberons, d’émerveillement, de retour de couches, d’amour, de retour au travail et de la décision de rester à la maison pour s’occuper de bébé… pour ne nommer que quelques uns des nombreux sujets à découvrir.

En août 2020, nous vous avons prévu une petite surprise qui va vous plaire, c’est sûr ! En attendant, n’hésitez pas à faire le tour de ce site, lire les articles, nous laisser des commentaires ou nous écrire. Une seule règle d’or : être sincères.

%d blogueurs aiment cette page :